«

»

Avr 11

La 136ème Assemblée générale de l’Union Interparlementaire (UIP) au Bangladesh

IMG_0436

L’UIP est une organisation qui réunit les parlementaires du monde entier, afin de travailler sur les meilleures pratiques à développer pour faire avancer tous les pays vers plus de démocratie.

Pendant une semaine, nous avons débattu sur les mesures décisives à adopter pour mettre fin aux inégalités économiques, politiques et sociales.

Je suis intervenue lors du point d’urgence sur la famine (qui tue actuellement en Afrique et au Yémen), pour montrer que la faim dans le monde n’est pas une fatalité, et qu’il existe des moyens pour l’éradiquer. Pour cela il faut une volonté politique forte de la part de la communauté internationale. Cette volonté passe par :

  • le respect du droit humanitaire, avec l’accès à toutes les populations de l’aide alimentaire ;
  • l’instauration d’un cadre politique, de gouvernance mondiale créant un environnement favorable en encourageant la paix.

Il existe en un lien très fort entre la faim et la guerre. La guerre génère souvent la faim. Mais la faim engendre aussi des conflits. Les hommes peuvent tuer pour se nourrir. Les combattants l’utilisent comme arme de guerre, les terroristes comme objet de recrutement. Et pour ne pas réagir dans l’extrême urgence, je crois que la définition d’un programme de lutte contre la faim serait indispensable.

Enfin, j’ai insisté sur la nécessité d’une stratégie de réorientation des systèmes agricoles qui vise à privilégier le développement durable et l’accès à la nourriture à tous. Il n’y a pas besoin d’une agriculture intensive qui exige une mécanisation accrue donc une perte d’emplois et un exode rural, mais d’une agriculture durable qui permet la sécurité alimentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *