Mar 27

Ma visite de terrain à Plounéour-Brignogan

Lundi 27 mars, je me suis rendue dans la commune nouvelle de Plounéour-Brignogan. Je suis d’abord allée à l’Hôtel de la mer, pour échanger sur l’activité de cet établissement récemment ouvert. Ensuite, j’ai rencontré le Groupe Ouest, qui m’a présenté son activité de soutien à la création cinématographique, en faisant un acteur important du cinéma français et européen. Après, je me suis rendue dans l’entreprise BEEEP, spécialisée dans la construction bois et la rénovation énergétique des bâtiments. L’après-midi c’est terminé en mairie, ou Pascal Goulaouic et son équipe m’a présenté les différents projets de la commune et nous avons échangé sur la récente fusion des communes de Plounéour et Brignogan.

Mar 25

Itinéraire Bretagne, un beau reportage sur les sauveteurs en mer

Ils veillent à notre sécurité sur les plages et sur mer bénévolement, par tout temps, à n’importe quelle heure, les sauveteurs en mer !

Je suis contente que la mission que j’ai menée sur cette belle société, ait contribué, modestement, à faire prendre conscience de l’urgence à trouver des moyens de financement pour pérenniser l’action de la SNSM.

Vous pouvez retrouver mon intervention dans ce reportage de France 3 Bretagne.

Mar 22

La carte professionnelle pour les travailleurs du BTP entre en vigueur le 1er juillet en Bretagne !

carte pro BTPLa carte concerne 2,54 millions de salarié.e.s dans 500.000 entreprises, et doit permettre aux inspecteurs du travail de facilement contrôler l’affiliation à un régime de sécurité sociale des personnes présentes sur un chantier.

Cette carte professionnelle était réclamée depuis dix ans par les entreprises du BTP, qui souffrent de la concurrence déloyale provoquée par la fraude au travail détaché. Ce sont d’ailleurs les employeurs qui financeront l’impression des cartes d’immatriculation (10 euros par carte).

Les entreprises disposent d’un délai de deux mois, à partir de la date d’application dans leur région, pour mettre en règle tou.te.s leurs salarié.e.s. L’ensemble des démarches s’effectue en ligne sur le site cartebtp.fr.

La carte est dès à présent obligatoire pour tout.e salarié.e détaché.e par une entreprise étrangère, intérimaire ou non. Elle sera en vigueur le 1er juillet en Bretagne, dans les Hauts-de-France et la Normandie.

Mar 21

Des femmes auteures enfin étudiées pour le bac littéraire!

LaprincessedemontpensierBacLLa semaine dernière a été publiée la liste des œuvres obligatoires inscrites au programme de littérature de la terminale L pour 2017-2018. Elle comporte deux ouvrages : « Les Faux-monnayeurs » d’André Gide et « La Princesse de Montpensier » de Mme de Lafayette.

Aucune œuvre signée d’une femme ne figurait encore au programme en terminale littéraire. C’est suite à la pétition « Pour donner leur place aux femmes dans les programmes de littérature au bac L« , qu’une professeure de lettres a interpellé la ministre Najat Vallaud-Belkacem sur le sujet. La Ministre a ensuite donné des consignes pour que toutes les commissions en charge de l’élaboration de sujets, de sources pédagogiques ou d’énoncés d’examen soient sensibilisées à l’égalité femmes-hommes.

Le cas du bac L n’est pas isolé : à l’agrégation de lettres, seules deux femmes ont figuré au programme de littérature du Moyen-Âge depuis 1981. Une auteure, Christine de Pizan, a donc aussi été retenue au programme de littérature du Moyen-Âge à l’agrégation de lettres, la précédente auteure étudiée remontant à 1996 (Marie de France).

Première œuvre publiée, anonymement, par Madame de Lafayette, « La Princesse de Montpensier » est aussi parmi les premières nouvelles françaises.
En rupture avec les romans héroïques, l’auteure met en scène, dans un style proche de la chronique, des événements et des personnages le plus souvent réels. À travers le destin tragique d’une jeune femme , déchirée entre son devoir et sa passion amoureuse, préfigure les grandes héroïnes raciniennes. Madame de Lafayette montre le danger que représentent les passions dans un monde strictement codifié par les règles de bienséance.

                               « les passions peuvent nous conduire, mais elles ne sauraient nous aveugler. »…

Mar 17

Ma visite de circonscription à Guissény

Retrouvez en image ma visite dans à Guissény du vendredi 17 mars. Pour débuter le maire Raphaël Rapin m’a reçue avec son équipe pour échanger autour des dossiers de la commune, et avoir un échange riche et constructif avec des agriculteurs de la commune venus faire part de leurs difficultés. Ensuite, nous avons rencontré l’association « Famille Rurales », dans le cadre de sa convention avec les mairies de Guissény et Kerlouan pour l’animation des Temps d’Accueil Périscolaires. Pour terminer, nous avons rendu visite aux ateliers des T.A.P. pour échanger avec les enfants de ces activités.

Mar 15

Ma lettre n° 41 – Février 2017

Image d'appel Lettre 41 - Février 2017

Ma Lettre du mois de Février est disponible

Pour en prendre connaissance, cliquez sur l’image ci-contre.

Très bonne lecture !

 

Mar 15

La clause « Molière » et les travailleurs détachés, une mesure illégale et discriminante

clause molière - chantiers français - détachement travailleursCertaines collectivités territoriales souhaitent interdire à travers la clause dite « Molière » à des salarié.e.s étranger.ère.s, ne parlant pas français, de travailler en France. Les délibérations de ces collectivités sont :

  • illégales et discriminatoires: elles feront l’objet, lorsque l’illégalité est manifeste, de recours gracieux ou juridictionnels des préfets dans le cadre du contrôle de légalité.
  • inutiles  : le droit prévoit déjà les dispositions nécessaires dans le cadre des marchés publics comme des marchés privés.
  • Fragilisent les travailleur.se.s français.es:  près de 150 000 exercent leur activité en détachement dans d’autres pays de l’UE, certains pays peuvent être tentés de faire jouer une clause de réciprocité imposant la maîtrise de la langue du pays aux travailleur.se.s français.es intervenant sur leur territoire.

En tout état de cause, le vrai enjeu est d’aboutir à la révision de la directive sur le travail détaché. C’est ce que la France a engagé avec la Commission européenne et ses partenaires européens.

Il s’agit en outre d’organiser et de faciliter l’accès à la commande publique des TPE / PME, vecteur important de soutien à l’emploi, ce que le gouvernement fait depuis de nombreuses années.

Mar 13

La lutte contre les déserts médicaux : des moyens renforcés

ARSDepuis 2012, le Gouvernement mène une politique d’incitation à l’installation des médecins généralistes dans les zones qui en ont le plus besoin. Les critères de sélection de ces zones viennet d’être modifiés pour mieux répondre aux besoin de la population.
Les territoires étaient définis uniquement en fonction du nombre de médecins par habitant.e.s. Désormais, ils le seront en fonction :

  • des besoins de soins en fonction de l’âge des habitant.e.s ;
  • du temps d’accès par la route vers le médecin généraliste ;
  • du volume d’activité des médecins ;
  • de l’âge des médecins pour tenir compte des départs à la retraite.

En anticipant les futurs départs à la retraite, le ministère de la Santé permet une démarche préventive qui sécurise l’organisation des soins ambulatoires sur du long terme.

Grâce aux Pactes Territoire Santé 1 et 2 et la loi de modernisation de notre système de santé adoptée en 2016, ce sont :

  • près de 900 maisons de santé pluri professionnelles (cinq fois plus qu’en 2012) ;
  • près de 1800 contrats d’engagement de service public (CESP) signés ;
  • près de 800 contrats de praticien territorial de médecine générale (PTMG) signés ;
  • 580 médecins correspondants du SAMU permettent à 1 million de personnes de plus d’accéder à des soins urgents en moins de 30 minutes (4 fois plus qu’en 2012) ;
  • un numerus clausus régional augmenté dans les régions à faible densité médicale.

Ces mesures  contribuent à garantir l’égalité d’accès aux soins à tou.te.s, partout. Les efforts doivent se poursuivre.

Mar 09

Quelles nouveautés à la rentrée scolaire 2017 ?

Najat Vallaud-Belkacem a présenté  les grands axes et principales mesures qui entreront en vigueur la rentrée prochaine et mobiliseront comme chaque année tous les acteurs de l’École.

  • L’ouverture de 11 662 postes supplémentaires, pour atteindre l’engagement de créer 60 000 postes sur le quinquennat
    Les progrès réalisés par les élèves dépendent largement de la formation des enseignants et de la régularité des apprentissages. Des écoles dédiées ont été créées (65 000 élèves aujourd’hui en formation dans les ESPE) et de nombreuses mesures ont été prises pour améliorer le remplacement.
  • L’action en faveur de l’égalité :
    – A la rentrée 2017, 500 postes seront créés en Seine-Saint-Denis dans le 1er degré ;
    – Plus  de 40 conventions ruralités ont été signés pour protéger les écoles des territoires ruraux et de montagne ;
    –  82 territoires sont engagés pour favoriser la mixité sociale notamment à travers les secteurs multi-collèges.
  • Un plan numérique pour l’éducation:
    Le déploiement des usages du numérique à l’École est indispensable pour transformer les pratiques pédagogiques et d’améliorer les apprentissages. Le plan global repose sur 1 Md€ sur 3 ans. Aujourd’hui 200 000 élèves sont déjà équipés en matériel, et 600 000 le seront potentiellement à la rentrée 2017.
  • L’enseignement professionnel, un pan majeur de notre système éducatif
    pour favoriser l’envie et la réussite des jeunes dans la voie professionnelle, à la rentrée 2017 : 500 nouvelles formations professionnelles seront ouvertes; 10 000 places de BTS créées d’ici 2021 (2 000 à la rentrée 2017).
  • Le développement des dispositifs de scolarisation des élèves en situation de handicap
    Le renforcement de l’accompagnement se poursuit : 1 351 accompagnants supplémentaires pour la rentrée 2017
  • Poursuite de la lutte contre le décrochage scolaire :
    140 000 décrocheurs en 2011 à 98 000 en 2016, l’objectif est de 80 000 en 2017 ; de 12 structures de retour à l’Ecole en 2014 à 44 structures en 2016 et 5 supplémentaires à la rentrée 2017.
    Et la mise en place du Compte personnel d’activité garantit désormais à tout jeune sorti sans diplôme du système de formation initiale le droit à un abondement de son CPA pour effectuer une formation professionnelle qualifiante.

 

 

Mar 03

Retour sur les avancées dans le Finistère en matière d’Éducation

Postes-2016-ecoles-colleges-lycees_511436.81La réforme scolaire engagée depuis 2012 porte ses fruits. Les enseignants sont plus nombreux, mieux formés et mieux rémunérés.

Dans notre académie 475 postes d’enseignants avaient été supprimés sous le quinquennat précédent, 1044 ont été créés depuis 2013.
L’éducation Nationale pour remplir pleinement sa mission doit avoir suffisamment de moyens humains. Les enseignant.e.s sont désormais mieux formé.e.s et la formation continue de ces derniers a été renforcée.

En plus de l’augmentation du nombre de postes, le gouvernement  a favorisé  la scolarisation des enfants de moins de trois ans dans les zones prioritaires.

Depuis 2012 dans notre département, 15 postes ont été créés, malgré la baisse du nombre d’élèves. Ce sont aussi 14 postes au titre du dispositif « plus de maîtres que de classes » et 4 pour l’accueil et la scolarisation des moins de trois ans créés depuis 2013.

Enfin, pour mieux accompagner les élèves en situation de handicap, 250 000 postes d’accompagnants ont été créés.

Nous souhaitons donner à l’École les moyens nécessaires pour qu’elle soit plus inclusive, plus juste, plus égalitaire, pour permettre à chaque élève de se développer pleinement.
Le philosophe D’Alembert le rappelait déjà au XVIIIème siècle :

« Si l’Éducation de la jeunesse est négligée, ne nous en prenons qu’à nous-mêmes, et au peu de considération que nous témoignons à ceux qui s’en chargent ».

Articles plus anciens «

» Articles plus récents